Black Clouds nous parle de ces espaces invisibles où nous sommes pourtant présents en permanence : le monde, la relation, le web. Son caractère poétique, à la frontière entre l’ombre et l’obscurité, nous entraîne dans le DeepWeb, cet internet de l’insondable non-référencé où les lois n’ont plus réellement cours. Dans une esthétique aussi mystique que technologique, Fabrice Murgia questionne notre rapport aux machines d’une manière saisissante. Utopie, transhumanisme, consumérisme, éthique, … tout y passe, à travers plusieurs histoires.

(lire l’entièreté sur Demandez le Programme)

Publicités